NetEnviesdebebes

Auteur : Valérie | Date : 10/10/2006

La période du non : la relation aux autres

Phase d'opposition, crise d'opposition, terrible two, crise du non, période du non, crise des 18 mois, crise des 2 ans...toutes ces expressions pour une période, pas toujours facile à vivre pour le bébé qui grandit et ses parents, la fameuse crise d'opposition qui survient entre 18 mois et 3 ans. Pourquoi une telle crise, souvent qualifiée de "première adolescence" ?

"Non, non, non"...et trois fois "non" !

Cette fameuse période du non commence vers l'âge de 18 mois et se termine vers les 3 ans de l'enfant environ. En quelques mots, l'enfant prend alors conscience du monde qui l'entoure. A un an et demi, il a enfin conscience qu'il est un individu à part entière. Il pense seul, agit seul dans la limite de ses capacités et le « non » est un moyen pour lui de vous montrer qu'il est là, qu'il n'est plus le petit nourrisson qui avait besoin de vous pour tout. Maintenant il marche, il sait se nourrir seul tant bien que mal, il sait où se trouve le réfrigérateur et le placard à douceurs.

Outre le refus verbal, les caprices, les colères, les bouderies et autres refus des actes de la vie courante, le bain, les repas, le fait de devoir s'habiller et se déshabiller, les demandes d'achats, la mise en danger sont les sources de conflits majeurs de cette période du non.

Bien évidemment, votre enfant ressent qu'il est différent de vous et que ce qu'il veut faire n'est pas toujours possible. Arguant la négation à longueur de journée, il impose son autonomie et une personnalité à sa propre personne. Il teste ainsi les limites qu'on lui impose, il expérimente malgré vos interdits et vos mises en garde (et vous verrez que finalement, parfois il a raison, il arrive à faire des choses dont vous ne le croyez pas encore capable) pour constater les limites de sa propre autonomie et se fixer lui-même les frontières de ce qu'il peut faire par rapport à ce qu'il veut faire.

Le « non » de l'enfant reste souvent un conflit restreint entre ses parents et lui-même. Les milieux extérieurs (crèche, nounou, reste de la famille) ne sont pas l'autorité principale et familiale et l'enfant n'y gère pas cette négation de tout de la même façon. Bien sûr, il peut aussi s'opposer aux décisions des adultes mais pas aussi franchement qu'à la maison. Le plus souvent d'ailleurs, son attitude en est tout autrement. Les parents ne comprennent plus alors cette attitude angélique chez Papi où il mange ses légumes sans broncher, attitude si contradictoire avec la vie à la maison où l'assiette des légumes prend souvent le chemin des airs. Bébé peut alors donner à ses parents des doutes quant à leur façon d'éduquer ce mi-ange/mi-démon.

Rassurez-vous, en général, vous n'êtes pas en cause, c'est tout simplement ce « terrible two » (la crise d'opposition atteignant souvent son apogée à l'approche des deux bougies), la crise d'opposition. Et Mamie sera bien en charge de vous rappeler les belles crises dans le magasin que vous faisiez au même âge !!!!!
Les proportions de ce conflit d'opposition varient selon le caractère de l'enfant et surtout de la façon dont il est élevé par les parents.

Tous les articles sur La crise d'opposition

La phase d'opposition : généralités
La période du non ou la relation aux autres
Le rôle des parents : instaurer règles et limites à son enfant
Le rôle des parents : ne soyez pas trop exigeant
Quoi dire, quoi faire en cas de grosse crise ?
Témoignage de parents : ils s'en sont sortis !
Les livres pour vous et pour votre enfant pour vous aider à traverser cette étape




    

Ajouter un commentaire :