NetEnviesdebebes

Auteur : Valérie | Date : 10/10/2006

Gérer le quotidien en cas de crise

Bébé s'obstine, vous vous énervez, tout le monde râle, crie, hurle, les nerfs sont en pelote, la situation est invivable...Comment sortir de la crise ?

Comment gérer le quotidien ? Quoi faire, quoi dire en cas de grosse crise ?

Un des moyens de gérer un de ses refus est de se mettre à sa hauteur, à genoux, de la regarder dans les yeux et de lui expliquer fermement ce que vous attendez de lui en lui expliquant la raison. Vous verrez que très vite, il détournera le regard et arrêtera net sa crise ou sa bétise.
Par ailleurs, il est conseillé d'agir sur le vif et par le parent présent. Menacer celui-ci d'une punition lorsque Papa rentrera lui montrera votre faiblesse. Il ne doit pas y avoir dans le couple le méchant/sèvère et celui avec qui on peut tout faire. L'égalité des sexes doit se retrouver dans le rôle parental d'éducateur !

Faites attention aussi de ne pas jouer le jeu de l'enfant et faire aussi une sorte de crise d'opposition. Lui interdire les choses auxquelles il a le droit rien que pour que celui-ci exprime son mécontentement et qu'ensuite, vous acceptez de lui donner, certes vous apparaissez comme le Bon Samaritain mais attention ! L'enfant risque de perdre ses marques, ne sachant plus ce qui lui est dû, ce qu'il a le droit ou non, ce qui ne confortera dans ses comportements de négation qu'il systématisera de façon à obtenir tout ce qu'il veut.

Une dernière chose aussi : n'oubliez pas que si vous voulez que votre enfant respecte certaines règles, il faut les respecter vous-même. Pourquoi demander à son enfant de laisser sa ceinture attachée en voiture si on ne l'attache pas soi-même ? Comment lui dire de ne pas manger de bonbons à longueur de jour si vous même vous empiffrez de douceurs sucrées sous son nez ? Pourquoi lui dire « il faut manger des légumes, c'est bon pour ta santé » si vous-même boudez votre assiette d'haricots verts (ou pire s'il voit que vous n'en avez pas un seul dans votre assiette) ? Eduquer un enfant peut aussi être un moyen pour vous de revoir ce qui serait bon aussi pour vous-même, pour votre santé et votre sécurité. Eh oui, on vous l'avait dit que l'éducation d'un enfant est une tâche passionnante !!!

Dans tous les cas, entourez votre enfant d'amour. Ne lui refusez pas vos bras sous pretexte qu'il ne vous a pas écouté et qu'il est tombé. Ne jamais lui dire « c'est bien fait ». Lui dire plutôt « la prochaine fois, il faudra que tu réfléchisses avant d'agir, ça t'évitera de tomber ». La sécurité et la confiance qu'il ressentira dans son foyer l'aidera grandement à prendre ses marques et à intégrer les limites que vous lui aurez fixées. Bref, vous l'aurez compris, soyez ferme mais tolérant. Expliquez les choses, votre enfant est très loin d'être bête, même s'il n'a pas encore forcément les moyens pour parler et exprimer ce qu'il ressent.

Si les parents n'arrivent pas à gérer cette crise d'opposition et que l'enfant persiste dans cette voie et vous mène une vie infernale, il ne faut pas hésiter à consulter un pédiatre qui vérifiera qu'un facteur physique ne sous-tend pas tout cela, pourra vous donner d'autres conseils ou pourra vous orienter vers un pédo-psychiatre si des facteurs psychologiques entrent selon lui en ligne de compte.

Tous les articles sur La crise d'opposition

La phase d'opposition : généralités
La période du non ou la relation aux autres
Le rôle des parents : instaurer règles et limites à son enfant
Le rôle des parents : ne soyez pas trop exigeant
Quoi dire, quoi faire en cas de grosse crise ?
Témoignage de parents : ils s'en sont sortis !
Les livres pour vous et pour votre enfant pour vous aider à traverser cette étape




    

Ajouter un commentaire :