NetEnviesdebebes

Auteur : Valérie | Date : 10/10/2009

La grossesse extra-utérine (GEU)

femme enceinte mains

La grossesse extra-utérine (GEU) est une grossesse qui se développe en dehors de l’utérus.

C'est quoi une grossesse extra-utérine ?

Le plus souvent, l’oeuf est resté bloqué dans la trompe parce qu’il était trop gros, ou qu’un rétrécissement l’a empêché de passer. Il s’agit d’une grossesse tubaire.

Parfois l’ovule n’est pas capté par la trompe, et l’oeuf se développe près de l’ovaire, ou dans la cavité péritonéale.

Ces grossesses ne peuvent pas se poursuivre, car elles ne trouvent pas les nutriments fournis par l’utérus.

Les facteurs de risque de GEU

Certaines MST provoquent des lésions des trompes. Parfois présentant peu de symptomes, elles n’ont pas été traitées assez tôt, et peuvent favoriser les GEU (salpingite).

L’utilisation d’un DIU, certaines pilules (microprogestative) ou la pilule du lendemain favorisent la survenue d’une GEU. La chirurgie des trompes ou une chirurgie pelvienne (apendicectomie par exemple, mais pas la césarienne semble-t-il) sont aussi des facteurs de risque. Enfin une autre raison d’encourager les femmes à arrêter de fumer, le tabac favoriserait aussi les GEU.

Les symptomes

Généralement la femme constate des saignements irréguliers de couleur foncée (noir ou brun) et un retard de règles. Elle ressent des douleurs pelviennes violentes, pouvant provoquer des malaises. Ces symptomes doivent immédiatement pousser à consulter un gynécologue (qui recevra la patiente en urgence, et l’enverra à l’hôpital si le diagnostic est confirmé), ou à aller directement aux urgences gynécologiques.

Si rien n’est fait rapidement, la trompe risque d’éclater à cause du développement de l’oeuf. Dans ce cas une hémoragie massive se produit. Parfois la trompe se fissure seulement, provoquant un saignement moins abondant qui nécessitera un examen et une échographie pour faire le diagnostic.

Le traitement

La grossesse extra-utérine met la vie de la mère en danger. Traitée trop tard, l’hémorragie massive peut être mortelle. L’autre risque est celui de la baisse de la fertilité si une trompe doit être retirée. Il est donc important d’agir rapidement.

Certaines grossesses extra-utérines se résorbent d’elles-mêmes, sans aucune intervention, mais nécessitent une surveillance médicale étroite.

Si la GEU est peu évolutive, et qu’il n’y a pas de contre-indication, il peut être envisagé un traitement médicamenteux, par méthotrexate. Le taux de Beta-HCG devra être surveillé car le taux d’échec est de 10 à 20%.

Dans un grand nombre de cas, seule la chirurgie peut permettre de retirer l’oeuf de là où il se trouve. Suivant la localisation et les antécédents de la femme, il est parfois nécessaire de retirer la trompe, dans d’autres cas l’oeuf peut être retiré sans endomager la trompe.

La suite

Après une grossesse extra-utérine, le risque d’en avoir une nouvelle est plus importante, soit parce qu’il existe un problème au niveau d’une trompe (rétrécissement) qui est toujours présent, soit parce que l’intervention chirurgicale a a laissé des séquelles sur la trompe. Toute nouvelle grossesse sera surveillée étroitement afin de vérifier le bon positionnement de l’oeuf.

Après une GEU, il pourra être recommandé une hystérosalpingographie pour estimer l’état des trompes et estimer un risque de récidive. Suivant le résultat, le couple pourra être orienté vers un centre de procréation médicalement assisté.

Suivant le traitement, le taux de grossesse intra-utérine après une grossesse extra-utérine est de l’ordre de 50 à 60%.

Crédit photo : Pixaby
Article rédigé par Karine B.




    

Ajouter un commentaire :