NetEnviesdebebes

Auteur : Valérie | Date : 10/10/2009

Futur papa : comment se rendre utile ?

futur papa accouchement

Cet article s’adresse aux futurs papas (il faut bien penser un peu à eux parfois).
Voilà il y a quelque mois votre chère et tendre vous a annoncé une merveilleuse nouvelle, les mois ont passé et vous avez préparé l’arrivée de ce petit bout. Vous avez acheté une poussette , du matériel de puériculture, une chambre…Mais maintenant l’arrivée est proche et vous vous demandez comment vous rendre utile pour votre femme? Nous allons voir ça tout de suite .

Les dernières semaines de la grossesse

Votre rôle principal durant ces dernières semaines sera de faire patienter votre compagne et de soulager ses petites inquiétudes de fin de grossesse. Sachez que ces semaines seront sûrement les plus longues de votre existence.
Alors voici quelques conseil:
-Si ce n’est déjà fait parler du prénom de votre futur bout de chou
- Profiter des petits plaisirs de la vie quotidienne. Si elle n’est pas trop fatiguée, emmenez-la au cinéma, voir des amis, dîner en tête-à-tête… Bref, distrayez-la ! Parce qu’après la naissance outre la fatigue, il y aura comme une vague impression de débordement !
- Posez-vous les bonnes questions et discutez en avec votre compagne. Désirez-vous assister à l’accouchement ? Va-t-elle allaiter son bébé ? Avez-vous décidé d’un mode de garde pour plus tard?…
- Compatir. Elle ne peut plus se déplacer ? Ni même dormir ? Plaignez-la mais surtout, trouvez une solution : faire appel à une copine pour les déplacements, jouer aux cartes ensemble au milieu de la nuit…

Le départ pour la maternité

Ca y est vous attendez depuis des semaines ce fameux moment: celui où votre femme vous dit qu’il est temps de partir pour la maternité. Sur le coup vous paniquez, et c’est normal mais essayez de rester calme. Car de votre zenitude dépend aussi le bon déroulement de la journée.
Donc en théorie que faire:
- La rassurer. Elle n’en mène pas large, surtout si c’est votre premier bébé. Dites-lui que vous êtes là pour l’épauler. Parlez-lui du bébé que vous tiendrez bientôt dans vos bras.
- Agir. Vérifiez avec elle dans le calme – sauf urgence – qu’il ne manque de rien dans sa valise (trousse de toilette, carte de groupe sanguin…). Appelez la maternité pour annoncer votre arrivée. C’est rassurant de se savoir attendu !
- Vous restaurer (hors de sa vue). Un accouchement, c’est éprouvant. Souvent, les futurs pères tournent de l’œil tout simplement parce qu’ils n’ont rien mangé depuis des heures.
-Vous rappeler les conseils donnés par les sages-femmes aux cours de préparation. Répétez avec la future maman les exercices de respiration car il se peut que du fait de la douleur la future maman en oublie comment respirer.

En salle de pré-travail

Vous voici arrivée en salle de travail, vous y êtes la plupart du temps pour un bon moment alors que faire pour vous rendre utile.
- L’écouter et lui demander ce qu’elle souhaite : rester allongée, faire quelque pas ou bien se plonger dans un livre ? Parlez-lui : qui mieux que vous pourra trouver les mots qui apaisent ?
- Vous intéresser à ce qu’il se passe. Suivez avec elle sur l’écran du monitoring les courbes des contractions. Si elle le désire, respirez à l’unisson pendant la contraction. On inspire en gonflant bien le ventre, on garde l’air quelques secondes avant d’expirer lentement. L’expiration doit durer deux fois plus longtemps que l’inspiration.
- Faire appel à vos talents de kiné – avant la pose de la péridurale. Pour soulager ses contractions lombaires, demandez à la future maman de s’allonger sur le côté opposé au dos du bébé (la sage-femme vous l’indiquera). Il cessera alors d’appuyer douloureusement sur la colonne vertébrale. Avec la paume des mains, massez en remontant des fesses jusqu’au milieu du dos pendant la durée de la contraction.

En salle de travail

Voilà votre femme est dilaté à au moins 3 cm et vient le moment de partir en salle de travail, mais il se peut qu’il se passe encore de longues heures avant que vous ne voyiez enfin le joli minois de votre bébé.
Le moment peut être délicat pour vous car il faudra vous fondre dans le décor de cette salle médicalisée. Parfois vous devrez même disparaître comme en cas de césarienne, mais votre aide reste précieuse.
Encore une fois vous pouvez vous rendre utile:
– Restez calme. Votre compagne perd patience, souffre et vous envoie balader ? N’en prenez pas ombrage. Comment réagiriez-vous en un moment pareil et qu’aimeriez-vous entendre ?
- Faire le relais. Elle s’inquiète ? Vous vous posez des questions ? Il est possible d’interroger l’équipe médicale à condition de le faire sans agressivité et avec un sourire.
-Absentez-vous un quart d’heure ou plus si vous vous sentez des fourmis dans les jambes. C’est l’occasion de vous rafraîchir et de revenir détendu.
- L’encourager. La naissance approche lorsque la dilatation du col de l’utérus atteint 10 centimètres. Maintenant, tout va aller très vite. Vous pouvez vous placer derrière la future maman et soutenir sa nuque pour lui permettre de bien pousser. Rappelez-lui doucement à l’oreille les instructions de la sage-femme : comment trouver la bonne position en écartant bien les coudes, bouger les doigts pour se décrisper… Proposez un peu d’eau fraîchepour son visage que vous tamponnerez à l’aide d’un coton ou à l’aide d’un brumisateur.

Soufflez. Votre bébé est là. Il faut encore patienter deux heures en salle d’accouchement. C
‘est l’occasion de lui dire que vous êtes content d’avoir fait ensemble ce bébé et très fier de ses efforts.

Et maintenant, qui a dit que les hommes étaient inutiles ?


Crédit photo

Article rédigé par Julie H.




    

Ajouter un commentaire :