NetEnviesdebebes
recit de naissance de bebe

Auteur : Valérie | Date : 10/10/2007

Récit de la naissance de Timéo ( voie basse)

Lundi 19 février, je vois ma généraliste, pour qu'elle infirme ou confirme la suspicion d'hypertension gravidique...c'est confirmé...encore un enième problème de santé qui vient compliquer cette grossesse! Ca m'enerve beaucoup, jusque la, ca allait je gérais ces multiples soucis, je me reposais sagement depuis le début de la grossesse, j'étais enfin libre de bouger depuis 1 semaine, raté, a cause de cela, je dois reprendre le repos...heureusement, depuis la semaine précédente, je suis dans le 9eme mois, j'ai donc « le droit » d'accoucher...
Mardi 20, je suis toujours énervée par cette accumulation, de plus peu a peu je ressens une impression de danger imminent, j'ai l'impression qu'il faut que tu naisses, pour notre santé a tous les deux, mais je peux difficilement expliquer cette impression... Je recois en plus des résultats d'analyses qui ne sont pas bons du tout...Avec Guillaume, nous décidons donc d'aller me changer les idées en achetant les dernières choses qui te manquent, et j'en profiterais pour passer voir l'endocrinologue, afin qu'elle me dise quoi faire avec ces résultats.
Mais sur la route, il se passe quelque chose: toi qui ne bougeais plus trop ces temps ci, d'un coup tu me mets de grans coups, je suis surprise, ce n'est pas dans tes habitudes... et aussitôt une série de grandes douleurs dans le vagin, du genre coup de couteau...heureusement ca s'arrete au bout de quelques secondes...on s'arrete sur l'aire d'autoroute, que je puisse récupérer un peu, surtout que depuis ces douleurs, rien à faire tu ne bouges plus du tout...Je m'inquiete un peu...la maternité est sur la route, on décide donc de s'y arrêter faire un contrôle si tu ne bouges toujours pas d'ici là. Nous y arrivons 15 mn plus tard, et malgré toutes mes sollicitations, tu n'as pas réagi, je suis inquiète, et ce sentiment de danger qui ne me quitte pas...Avec Guillaume, on se dit que s'ils décident de te faire naître, même s'il est tôt, on sera soulagés, car mon dossier médical devient complexe, les problèmes de santé s'accumulent.

La sage-femme qui me recoit est la même que le vendredi précédent, quand l'hypertension avait été soupconnée, elle est très bien. Elle m'installe le monitoring, et la dynamap, qui va mesurer ma tension toutes les trois minutes. Je n'ai commencé le traitement pour l'hypertension que le matin même.
Le bruit de ton coeur me rassure, il est régulier, mais tu dors beaucoup. La tension, comme vendredi est très irrégulière, parfois 12/6, parfois 15/9. Je suis très rassurée par le monito, et ce sentiment de danger commence à s'estomper, je suis donc très surprise lorsque la sage-femme revient en m'annoncant qu'elle a parlé au docteur, et qu'au vu de ma tension, des autres problèmes, et du bébé qui bouge moins a ce stade, ils me gardent, et me déclencheront demain matin...Je suis stupéfaite, alors qu'en venant je m'y attendais...mais d'un coup savoir que l'accouchement va arriver, je suis sous le choc, je me rappelle même avoir dit à la SF: « non non, c'est pas possible, je peux pas accoucher et être maman, ce sont les autres qui ont des enfants, pas moi! » Ben oui, je n'en reviens toujours pas de ma chance d'être enfin tombée enceinte, et du bonheur de cette grossesse, que j'ai vécu sereinement malgré les soucis...alors moi, avoir la chance d'avoir un enfant? Houlaaaaa!

On me transfère donc dans une chambre double du service des grossesses pathologiques. On contrôle mon col, il est ouvert à 1, toujours long et tonique. On me prévient que le déclenchement risque d'être long, car j'ai 3 semaines d'avance sur le terme.
Je passe une mauvaise nuit, entre les contractions de ma voisine, qui a été déclenchée le matin même, le lit d'hopital, et le jeûne à partir de minuit, y compris d'eau, c'est pas terrible!
Mercredi 21:
Le matin, on me pose le gel censé maturer le col est provoquer des contractions. On a bon espoir, car lors du contrôle, mon col était passé a 2,5 toujours long et tonique, et dans leur protocole, il faut être ouvert à 3 pour passer en salle d'accouchement avec une perfusion d'ocytocine qui va encore plus aider le travail.
Il y a ensuite deux heures de monitoring, au bout d'une heure, de petites contractions apparaissent, pas très douloureuses. On me conseille d'aller marcher dans l'hopital, je m'éxécute donc, et on parle beaucoup avec Guillaume de l'imminence de ton arrivée, et de ce que ca nous fait... on prend les dernières photos de mon ventre.
Les contractions se sont renforcées durant la marche mais sont un peu irrégulières, et je sens que tu appuies bien. Le soir, on me recontrole, moi qui espérais, je suis décue, mon col n'a pas bougé d'un poil, ce ne sera probablement pas pour aujourd'hui...
Et en effet les contractions finissent par s'estomper, et je dors un petit peu pendant la nuit, j'ai faim ( je n'ai eu droit qu'a un petit repas leger, sans sucre) et surtout très soif ( avec les pesées tous les jours on a pu voir qu'en deux jours à ce rythme, j'ai perdu... 2kg!!!...du coup au moment d'accoucher, je fais le même poids qu'avant d'être enceinte...)

Jeudi 22: au matin, mon col n'a pas bougé, je pars donc pour un nouveau gel, on me dit que généralement 2 ca commence a bien agir et que le maximum, c'est trois...je n'ai pas du tout du tout envie de recommencer demain, j'espere donc que ca marchera aujourd'hui, et si jamais ca ne marche ni aujourd'hui, ni demain, ce sera césarienne...

Une heure après la pose du gel, je suis sous monito, et je sens bien la différence avec la veille, les contractions, toujours gérables, sont plus fortes, plus amples, et surtout régulières...A un moment, les contractions se font bien sentir, et je les gère bein niveau douleur, mais elles ne redescendent pas assez entre deux, et vu mon état de fatigue, je me sens faible d'un coup, épuisée, je n'arrive pas à récupérer entre deux contractions... la SF arrive, et me donne du spasfon, qui ne va pas arrêter le travail, mais le régulariser, et faire baisser le pallier entre deux contractions, elle m'autorise aussi une compote sucrée, qui sera vite digérée, donc sans problème pour l'accouchement, et me donnera un peu d'énergie. Tout ca fait qu'en 10mn seulement, tout va bien mieux, je peux à nouveau souffler entre les contractions.
Donc après les deux heures de monito, même consigne que la veille, marcher, marcher et marcher, le prochain contrôle sera à 18h30.
Je marche donc, finalement je vais peut-être réussir a me repérer dans ce labyrinthe du CHU.
Je remonte dans ma chambre a 18h, les contractions commencent à
être sérieuses, je serais allongée je pense...mais finalement, une fois dans la chambre, malgré la fatigue, je ne tiens pas couchée et je tourne en rond, Guillaume commence à rassembler les affaires au cas ou on me ferait descendre en salle d'accouchement.
D'un coup je sens des trucs bizarres dans mon ventre, pendant une contractions, comme deux trois bulles qui éclatent, une chaleur mouillée entre mes jambes... et aussitôt la douleur qui arrive et me fait tomber a genoux...j'ai perdu les eaux!
Guillaume, qui réagi très bien, ne perds pas de temps à me demander ce qu'il se passe, et sonne pour appeler les sage-femmes, et termine de ranger mes affaires a toute vitesse, moi je hurle de douleur...
La sage femme, qui justement arrivait me dit: «  mais madame, que se passe-t-il vous alliez très bien!!! » on m'aide donc a me mettre sur le lit, je découvre qu'en poussant avec les pieds sur le fond du lit, ca m'aide un peu, mais je bouge dans tous les sens, je suis incontrolable pendant les contractions, la douleur est immense, inimaginable, me prend tout le ventre et irradie avec une violence incroyable...j'attrape tout ce qui passe, y compris mon mari, je broie les mains que j'arrive a attrapper, je mords même mon mari, en gardant quand même à l'esprit de ne pas lui faire trop mal...
J'arrive a dire à la sage-femme que j'ai perdu les eaux, elle m'examine entre deux contractions, et découvre que je suis ouverte à 3, mais surtout col totalement effacé, elle me dit «  ben vous gériez très bien je trouve, mais maintenant je comprends pourquoi vous hurlez!!! » Elle fait bipper les anesthesistes en urgence, pendant que l'éleve sage-femme homme me descend en fauteuil roulant en salle d'accouchement, a une vitesse folle.
En salle d'accouchement, le pauvre, il essaye de me deshabiller pendant une contraction, je tente de lui expliquer qu'il faut attendre entre deux contractions, que je puisse maitriser mon corps, il essaye de me raisonner lol comme si ca pouvait marcher! Je lui broie la main au passage...

19h15, les anesthésistes arrivent, une frêle jeune femme, et son assistant plus vieux.
Je leur en fait voir de toutes les couleurs, ils tentent de m'expliquer qu'a un moment, il faudra que j'arrive à me maitriser, pour ne plus bouger du tout, ok je comprends, mais alors qu'ils respectent le temps des contractions, et travaillent entre temps, et si une contraction arrive au moment ou je dois être immobile, je ferais de mon mieux. On fait comme ca, mais je monopolise l'assistant en lui broyant les mains, pas de bol, j'ai peu de force dans tout le corps, mais des mains étonnament puissantes... il me dit même à un moment: par pitié, arretez, j'en ai les doigts violets, je baisse les yeux et j'arive a décoller mes doigts un par un, il étaient sur ses veines des poignets...Les contractions sont plus courtes, et je suis maintenant plus lucide pendant les contractions, par contre, pendant le temps de repos, je suis au bord de l'évanouissement, dans une grande faiblesse, mais bientôt, avec l'oxygène, je récupère un peu mes esprits.

20h30 la péri est enfin posée, et commence à agir, enfin!
La sage-femme m'examine et annonce alors a tout ceux qui sont présents ( sf, aide-soigante, anesthesistes etc) : Ben madame, bravo, je comprends pourquoi c'était si pénible, vous êtes passée de 3 à totale en 45mn, chapeau! J'en reste bouche bée, et je suis soulagée, ca n'a pas été en vain, et ca veut dire que la fin est proche! Je recois les bravos des personnes présentes, je suis surprise!
La sage-femme me dit que comme le bébé est encore bien haut, je vais rester tranquille avec mon homme, que je n'ai qu'a pousser, elle reviendra bientôt voir ou ca en est. Je reste donc, et je pousse, je n'ai plus trop mal, je sens très très bien ou je pousse, donc tout va bien!

20h50 Elle revient avec celle qui me suivra cette nuit, le bébé est bien descendu, elle revient bientôt pour l'expulsion, et me fait mettre une dose supplémentaire de péridurale.

21h La sage-femme revient, elle me fait mettre sur le coté, et me fait pousser, ce que je fais lui va très bien, elle met les étriers, et c'est parti, je suis étonnée, je m'attendais à ce que l'expulsion se fasse dans la vitesse, le stress etc, c'est tout le contraire, Guillaume et moi sommes calmes, je ne souffre pas beaucoup, tout le monde est zen...
Elle me fait pousser quelques fois, je sens très bein le bébé qui descend, et d'un coup, la sensation change, je le sentais au niveau du rectum, je sens maintenant qu'il est près de la sortie, et la ca fait mal, je sens que ca me distend beaucoup. Entre deux contractions, la sf me dit qu'elle voit que tu as beaucoup de cheveux, elle me fait toucher ta tête, notre premier contact, je suis impressionée, par la taille de ta tête, tes cheveux, et le fait de te toucher, enfin, donc ca y est, ca veut dire que désormais tu vas arriver...2 ou 3 poussées plus tard, tu nais, il est 21h13, le 22 février 2007...

On te pose sur moi, et aussitôt, tu ne cries plus, tu es tout chaud, je pose mes mains sur toi, ca y est tu es né, Timéo, mon fils, notre petit amour, ton père et moi en avons les larmes au yeux...
Nous sommes désormais trois...




    

Ajouter un commentaire :