NetEnviesdebebes

Auteur : Valérie | Date : 10/10/2007

Le SBS : syndrôme du bébé secoué ou syndrôme d'impact des secousses

Trop de bébés sont victimes de ce genre de maltraitance en France et dans le monde. Le Week-end dernier encore, les informations diffusent qu'un couple a été arrêté pour avoir violenté leur enfant de 4 mois. Après autopsie, plusieurs hématomes à la tête avaient été constatés par la police scientifique sur le corps de l'enfant. C'est triste, mais cela arrive beaucoup trop souvent même au 21ème siècle !

Bébé est fragile, peu importe la raison qui pousse à le secouer, cela ne peut que finir mal à terme.

Menu :

- Pourquoi bébé est-il aussi fragile ?
- Les conséquences de secouer bébé ?
- Qu'est-ce qui amène à secouer bébé ?
- Que faire pour éviter le syndrôme d'impact des secousses ?
- En cas de doute...

Pourquoi bébé est-il aussi fragile ?

Le corps d'un bébé n'est pas le même que celui d'un enfant plus grand et surtout pas comme celui d'un adulte. Les nourrissons n'ont pas encore la musculature nécessaire pour tenir leur tête en place droite. De plus le poids de celle-ci compte pour environ 1/4 de son poids total. Dernier point, mais non pas le plus négligeable, le cerveau de bébé est en pleine formation et ne remplit pas tout la cavité de la boîte crânienne.

Secouer bébé est donc mortel ! C'est peut-être choquant pour certaines, mais imaginez la tête du nourisson partant dans tous les sens, son cou fragile n'ayant pas de résistance subira des lésions pouvant être importantes. Le cerveau sera le plus touché, cogné et écrasé contre les parois de la boîte crânienne, il sera d'une part endomagé, mais infligera aussi des dommages au fragile réseau sanguin qui tapisse la boîte crânienne et qui lui fournit son oxygène (en autres).

Les conséquences de secouer bébé ?

Des séquelles neurologiques IRREPARABLES et importantes (plus de 60% des cas).
Une enflure du cerveau qui peut amener à terme la mort.
Arrêt de la respiration, perte de conscience plus ou moins grave.
Des hémorragies cérébrales, intracrâniennes et rétiniennes.
Des pertes de mémoires et des troubles du comportement pour le reste de sa vie (retard important, cécité partielle ou total, état végétatif).
Et fatalement (et tristement) la mort pour 10% des cas environ.

Les conséquences dépendent surtout de la force utilisé, de la taille et de l'âge du bébé.

Haut

Qu'est-ce qui amène à secouer bébé ?

Outre la méchanceté pure, la violence et le rejet de l'enfant qui n'a pas été voulu (etc.), demarquant par la même un comportement anormal des parents, la plupart du temps il y a une part d'ignorance ou d'inconscience dans un tel acte.

La fatigue, le stress, l'exaspération, les pleurs constants de l'enfant (etc.) entraînent souvent l'irréparable. On le secoue pour le faire arrêter de pleurer, de crier ou pour se passer les nerfs dessus !
Les adultes à tendance violente, de faible contrôle de soi, facilement frustrés (etc.) sont les premières "victimes" du secouement de leur enfant. C'est à leur entourage de les aider si on voit qu'ils atteignent leurs limites.

Toujours dû à l'ignorance, les parents qui jouent avec bébé en le lançant en l'air, même sur une courte distance, arriveront au même résultat.

Faire du sport (course à pied) avec bébé sur le dos ou le ventre peut être aussi une des causes du syndrôme du bébé secoué.

Bref, vous l'aurez compris, quelque soit l'exemple, avant d'entamer une activité nouvelle avec bébé, réfléchissez aux conséquences que cela peut avoir sur lui.

Que faire pour éviter le syndrôme d'impact des secousses ?

Tout d'abord, NE JAMAIS SECOUER BEBE, quelqu'en soit la raison. Toujours faire attention à sa tête et son cou lorsque vous le prenez ou le déposez.

L'enfant n'a pas à subir vos émotions, préférez un coussin sur lequel vous vous énerverez, allez crier dehors, ou tout simplement demandez de l'aide à vos proches. Si vous craquez, vous pouvez passer la main à un autre adulte "plus en forme", laissez-lui le soin de changer votre petit ange, ou lui donner à manger, même s'il fait le fou ou s'il est en pleine phase de provocation. Sinon, assurez-vous qu'il va bien (hormis ses pleurs) et laissez-le dans son parc, lit à barreau (ou tout autre endroit sur), et allez dans le couloir ou la pièce d'à côté pour souffler longuement et vous calmer avant de vous en occuper à nouveau.

Si vous ne voulez pas être gêné par les pleurs (principale source de stress des parents), faites-en sorte que bébé soit nourri comme et lorsqu'il le faut. Qu'il soit changé régulièrement, de faire attention à son environnement de vie pour éviter qu'il ne se blesse, consultez votre médecin en cas de doute ou pour le suivi de votre enfant, etc. En bref , prévenir toute source de stress.

Ne laissez jamais votre enfant à une personne inconnue ou que vous ne feriez pas confiance, le SBS n'est pas seulement dû à la malvaillance ou le stress des parents.

Etant parent, il est aussi un devoir de se renseigner sur ce qui est bon ou pas de faire avec ses enfants et ceci afin d'éviter le pire (SBS ou tout autre imprudence).

Prévenir l'entourage qui pourrait garder votre enfant de tous les risques qu'il encourt, surtout en bas âge. Leur faire une liste des choses à faire et ne pas faire, notez les numéros de portables pour les joindre et ceux des médecins les plus proches ou de garde.

En cas de doute...

Si vous jugez qu'il y a pu avoir SBS de façon intentionnelle ou non, il faut rapidement conduire votre bébé à l'hôpital pour des soins complémentaires. Car même invisible de l'extérieur, il peut toujours y avoir un risque de traumatisme caché.

Si le nourrisson semble inconscient ou arrête de respirer et que vous n'avez pas de notions de premiers soins, ne le secouez surtout pas et appeler le 911, les pompiers ou le Samu. Chaque minute compte !

Bien entendu, tout ceci ne sont que des conseils et non une marche à suivre impérative, si vous voulez avoir des informations plus importantes sur le sujet, consultez votre PMI, vos pédiatre ou votre docteur de famille.




    

Ajouter un commentaire :