NetEnviesdebebes

Auteur : Valérie | Date : 10/10/2006

Booster la lactation {allaitement maternel}

allaitement maternel lactation

Au cours de l’allaitement, il est fréquent que la femme ressente une baisse de lactation. Cette baisse correspond en fait le plus souvent à un pic de croissance de l’enfant, qui demande plus. La femme n’a pas moins de lait, mais c’est l’enfant qui demande plus parce qu’il grandit. Mais il existe aussi des périodes où la baisse de lactation est bien réelle. Elle peut survenir à la reprise du travail, lorsque la mère tombe malade ou si elle ne se repose pas suffisamment.

Il existe des méthodes pour stimuler sa lactation :

Le premier conseil lorsqu’on veut stimuler sa lactation est d’allaiter à la demande. La succion de l’enfant est la meilleure stimulation pour augmenter la production de lait.

Ensuite la mère doit essayer de se reposer, de dormir quand s’est possible (y compris la journée) pour être aussi peu fatiguée que possible.

Enfin, on peut artificiellement stimuler sa lactation lorsque les méthodes citées au dessus ne suffisent pas.

Il est possible de tirer son lait entre les tétées, cette technique peut être utilisée pour faire un petit stock de lait pour la reprise du travail par exemple. En ajoutant une tétée supplémentaire artificielle sur la journée, l’organisme va produire pour répondre à cette nouvelle demande. Il est aussi possible, lorsqu’on travaille et qu’on tire son lait, de faire 3 expressions dans la journée même si l’enfant ne consommera le lait qu’en 2 fois, cela permet d’adapter la production à la demande de l’enfant.

Lorsque rien n’y fait, il existe des produits qui favorisent la lactation.

Certains se trouvent en pharmacie, vendus sans ordonnance, comme les gélules de fénugrec ou de galéga (vendu sous la forme de granules dans le galactogil). Un très bon article sur le site d’A tire d’Ailes pour l’utilisation du fénugrec

Les rayons des magasins bio peuvent aussi fournir des aides à la lactation, sous forme de tisanes contenant fenouil, fenugrec, cumin, anis étoilée… certaines personnes aiment, d’autres pas, c’est une question de goût. Les tisanes permettent de consommer des produits galactogènes et en même temps d’aider à s’hydrater (même s’il n’est pas utile de se forcer à boire beaucoup lorsqu’on allaite, boire selon sa soif doit être suffisant).

La bière est aussi connue pour stimuler la lactation. Comme l’alcool est très fortement déconseillé pendant la grossesse, il est possible de boire une bière sans alcool, ou de consommer de la levure de bière sous forme de comprimé.

Il semble que l’avoine (sous forme de flocons, et peu raffiné) puisse aussi jouer un rôle dans la bonne production lactée, pensez-donc au porridge pour commencer la journée. L’avoine est source de nombreux minéraux et vitamines qui ne peuvent qu’être bons pour une jeune maman fatiguée.

Enfin, lorsque rien ne fonctionne, que l’on recherche à provoquer une relactation après un arrêt de l’allaitement, un effet secondaire du dompéridone est de stimuler la lactation. Cependant ce médicament est d’abord utilisé pour traiter des problèmes digestifs, et peut entrainer (comme tout médicament) des effets secondaires gênants. Il devra être prescrit par le médecin après avoir éliminé toutes les sources pouvant limiter la lactation (fatigue, mauvaise succion de l’enfant, échec des autres galactogènes…), même si le laboratoire n’a jamais fait d’études sur les effets de cette molécule comme stimulant de la lactation.

Avez-vous d'autres astuces ?

Article rédigé par Karine B..

Crédit photo : Wikipedia.

Haut




    

Ajouter un commentaire :