NetEnviesdebebes
progesterone

La progestérone

Edito :

Petite mise au point sur cette hormone capitale quand on est en essais bébé, voici vos questions et nos réponses sur le sujet !
Dans tous les cas les recommandations et informations ci-dessous ne sont que des indications générales, elles ne peuvent pas remplacer l’avis d’un médecin, donc en cas de doute parlez en à votre médecin ou votre gynécologue.

Menu :

- La progestérone, qu'est-ce que c'est ?
- Quel est son rôle dans la fertilité ?
- Pourquoi peut-on avoir trop ou pas assez de progestérone ?
- Quels sont les taux normaux au cours du cycle ?
- Comment savoir si j’ai un déficit en progestérone ?
- Comment « repérer » la progestérone sur ma courbe de température ?
- Comment palier à un déficit en progestérone ?

La progestérone, qu'est-ce que c'est ?

C’est une hormone qui joue un rôle important dans le cycle menstruel et la grossesse.
La progestérone est créée à partir du cholestérol sous l’action de l’hormone lutéinisante (LH) et de la FSH.
Le taux de progestérone varie au cours du cycle, elle est produite en plus grande quantité par le corps jaune après l’ovulation. Au cours de la grossesse, la progestérone est ensuite produite par le placenta.

Quelques rappels sur la fécondation sur http://www.netenviesdebebes.com/conception/fecondation.php

Haut

Quel est son rôle dans la fertilité ?

C’est la progestérone qui permet le maintien et la densification de la muqueuse utérine jusqu’à implantation de l’œuf dans l’utérus.
En cours de grossesse, elle prépare la glande mammaire à la lactation et joue le rôle de relaxant naturel pour éviter les contractions utérines.
S’il n’y a pas fécondation, le taux de progestérone revient à la normale.

L’insuffisance en progestérone (dite « insuffisance lutéale ») peut être responsable de fausses couches successives, de fibromes sur l’utérus et peut-être du syndrome prémenstruel.

Des taux très largement au dessus des moyennes peuvent être le signe de maladies héréditaires rares.

Haut

Pourquoi peut-on avoir trop ou pas assez de progestérone ?

La progestérone peut être augmentée dans certaines tumeurs sécrétantes ovariennes ou surrénaliennes.
La progestérone est diminuée en cas de  :

  1. insuffisance lutéale dans la phase de pré-ménopause ;
  2. insuffisance de l’hypophyse ou de l’hypothalamus ;
  3. insuffisance des glandes surrénales ;
  4. ablation des deux ovaires ;
  5. hyperandrogénie (hormones mâles en excès) ;
  6. contraception orale (pas d'ovulation) ; 
  7. hyperprolactinémie (sécrétion de prolactine, une hormone intervenant dans la lactation mais aussi dans la sécrétion de la progestérone)

Haut

Quels sont les taux normaux au cours du cycle ?

  • première partie du cycle : 0,1 à 1,5 mg/l ou 1,6 à 9,5 μmol/l
  • ovulation : entre 0,70 et 4,20 mg
  • seconde partie du cycle (phase lutéale) : entre 2,5 à 30 mg/l ou 8-95μmol/l
  • 5 SA : entre 13 et 42 mg s’il y a grossesse
  • Ménopause : entre 0,1 à 0,4 mg/l ou 0,3-1,3 μmol/l

Haut

Comment savoir si j'ai un déficit en progestérone ?

  1. la courbe de température pour repérer s’il y a une phase lutéale (pour tout savoir sur les courbes de température : http://www.netenviesdebebes.com/conception/courbe-temperature.php) ;
  2. la prise de sang, méthode la plus fiable mais il vous faut impérativement une ordonnance : vous n’avez pas besoin d’être à jeun, on vous demandera en revanche la date de vos dernières règles ou celle du début de grossesse ;
  3. une analyse d’urines sur 24h pour étudier le métabolisme de la progestérone ;
  4. un cycle court avec des règles abondantes (moins de 28 jours)

Haut

Comment « repérer » la progestérone sur ma courbe de température ?

Quand le taux de progestérone augmente en seconde partie de cycle, elle provoque l’augmentation de la température corporelle. C’est ce signe qui vous indiquera que vous commencez votre phase lutéale. La chute de température correspond à la rechute du taux de progestérone, signe annonciateur des règles.

Haut

Comment palier à un déficit en progestérone ?

  1. stimulation du corps jaune par des médicaments, type Clomid, HCG ou HMG dès un rapport supposé fécondant en fonction de la courbe de température ;
  2. régulateur de la phase lutéale par des médicaments, type Duphaston, du 16ème au 25ème jour du cycle
Le traitement adéquat sera choisi par votre gynécologue en fonction des analyses qu’il vous aura prescrites.

Haut


    

Ajouter un commentaire :